Marie-Ange et Jérôme Soriano partent à la rencontre de leurs clients. Ici, au Salon des Vins du club des Vignerons Lauréats, en mars dernier, à l'école d'ingénieurs de Purpan (Toulouse).

Le premier prêt participatif est lancé par un vigneron de Fronton

Marie-Ange et Jérôme Soriano sont vignerons indépendants au Château Joliet à Fronton. Ils souhaitent dynamiser l’accueil au domaine et développer l’oenotourisme.
Pour soutenir leur projet, ils innovent en 2018 et sollicitent un financement participatif avec la plateforme Miimosa ! Les deux quinquagénaires, originaires de Béziers, sont tombés sous le charme du vignoble de Fronton un peu par hasard, au gré d’une balade en région toulousaine. « Nous avons été séduits par ce vignoble étendu sur des terrasses alluviales de la rive gauche du Tarn. Mais aussi à deux pas de la ville rose, et par la Négrette, son cépage phare unique au monde. » Si bien que, quand on lui demande quelle est sa cuvée préférée, Jérôme Soriano répond sans hésiter : « J’aime tellement le charme de ma cuvée 100% Négrette : avec ses arômes de mûres, de violette et d’épices douces, c’est la signature Joliet ! »
Le couple cultive la vigne à Fronton, depuis 1988. Il a repris le Château Joliet en 2010, créé par la famille Daubert en 1984 et dont les vins jouissaient déjà d’une bonne réputation.
« Nous cultivons en agriculture raisonnée 25 hectares de Négrette bien sûr, mais aussi de Cabernet et de Syrah. Nous apportons le plus grand soin à nos vinifications afin de proposer aujourd’hui une gamme en AOP Fronton et IGP Comté Tolosan de grande qualité », expose Jérôme Soriano.
Les nombreuses récompenses reçues lors des concours ou guides professionnels en attestent. La réputation du domaine n’est plus à faire.

La vente directe représente aujourd’hui un tiers du chiffre d’affaires et a augmenté de 20% en un an. Et la famille Soriano ne souhaite pas en  rester là : « Afin de développer notre activité oenotouristique, nous voulons créer un point de vente fonctionnel. Nous devons investir dans un bâtiment pour mieux stocker nos vins et améliorer leur qualité, dans des outils de communication et dans des aménagements afin d’accueillir les clients dans de meilleures conditions. Pour cela, nous avons besoin de capitaux.»

Cercle vertueux

Jérôme Soriano a réfléchi presque deux ans avant de se lancer. Il a opté pour un prêt de 50.000 euros destiné à renforcer la trésorerie et accélérer le développement des projets : « Nous sollicitons l’épargne citoyenne pour mieux faire connaître notre quotidien. Le choix de la plateforme MiiMOSA est une évidence : elle est à la fois spécialisée dans le secteur agricole et partenaire d’un de nos clients, Frais d’ici. » Avant de poursuivre : « C’est l’occasion de bouger, de retrouver de l’enthousiasme. J’y crois et j’espère intéresser une petite communauté de personnes qui aiment le vin, curieuses et motivées pour déguster ‘’leur’’ propre vin.»

suite à lire dans l’édition du 23 mars 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *