De la nécessité d’un projet agricole en urbanisme

Publié le 30 juin 2018

Sur le département de la Haute-Garonne, 800 ha sont consommés chaque année par l’urbanisation, dont 400 ha rien que sur l’agglomération toulousaine. Les
services de l’État ont donc souhaité sensibiliser les maires à la question.
Un groupe de travail « urbanisme » a été constitué en collaboration avec l’Association des maires de France. Lors d’une réunion de ce groupe lundi 11 juin, la  direction départementale des territoires (DDT) a posé le constat que les terres agricoles étaient souvent considérées par les communes comme des terres d’extension de l’urbanisation. De plus, très peu de documents d’urbanisme – les PLU (plans locaux d’urbanisme) et les Scot (Schémas de cohérence territoire) – comportent des projets agricoles. Enfin, l’agriculture connaît des difficultés croissantes à garder sa place au sein du territoire (en zone de montagne, en zone périurbaine,…).
Le groupe de travail, auquel la Chambre d’agriculture de la Haute-Garonne avait été conviée, a échangé autour de la construction d’un projet agricole dans les documents d’urbanisme.