A l'occasion du renouvellement des administrateurs, un éleveur s'est porté volontaire pour représenter les petits ruminants.

GDS : la prévention, meilleure alliée dans la lutte sanitaire

À l’occasion de son assemblée générale annuelle, le GDS a présenté le bilan de ses activités à destination du cheptel départemental. Et rappelé l’importance d’une lutte coordonnée pour des résultats probants.
Depuis 2015, un contrôle d’introduction systématique s’effectue sur les bovins pour la BVD, la paratuberculose et la néosporose. Sur 4738 prises de sang à l’achat réalisées en 2017 : 28 se sont révélées positives en BVD ; 284 se sont révélées positives en néosporose et 41 se sont révélées positives en paratuberculose. Cette action se poursuit pour 2018, toujours avec une participation du Conseil départemental à hauteur de 50 % du tarif. Devenue systématique par choix d’un Groupement de défense sanitaire départemental précurseur en la matière, l’action a fait tâche d’huile auprès d’autres départements. « Ainsi, le futur acquéreur est protégé de toute introduction de maladie : le vendeur ne peut commercialiser qu’un animal indemne et les résultats des analyses lui servent aussi à protéger son propre troupeau », s’est félicité Christian Déqué, président du GDS, lors de l’assemblée générale annuelle du jeudi 29 mars 2018 à Saint-Gaudens. Lors de l’achat d’un animal hors département, il est possible de faire envoyer les résultats au laboratoire départemental.

Après l’IBR, la BVD

En complément de ces contrôles à l’introduction, la recherche de la BVD sur la prophylaxie a été réalisée en 2017 pour les cheptels bovins, avec une prise en charge financière totale par le GDS 31. D’après les analyses sérologiques menées, 22% des troupeaux allaitants testés et 36 % des troupeaux laitiers analysés se sont révélés positifs BVD. Le GDS31 informe systématiquement l’éleveur
de tout résultat positif et s’engage à l’accompagner pour en chercher la cause,… et éventuellement détecter un animal IPI, qui constitue une véritable bombe à virus dans un cheptel.

suite à lire dans l’édition du 13 avril 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *