Préserver oui, figer non

Par Marie-Laure Chabalier • 30 nov, 2017 • Catégorie: •

L’Etat est en cours de rédaction d’une charte paysagère, urbaine et architecturale du canal du Midi. Plusieurs ateliers thématiques sont conduits par la Dréal en ce sens et nous avons été conviés à participer à une réunion de travail sur le volet agricole. Nous tenons à rappeler que le paysage du canal du Midi, tel qu’il est visible par tous aujourd’hui, a été sculpté au fil des années par les agriculteurs. C’est pourquoi, il n’est pas envisageable que la charte paysagère vienne complètement chambouler leurs pratiques agricoles actuelles. Nous sommes conscients que le classement du canal du Midi au patrimoine mondial de l’Unesco est une reconnaissance que nous devons conserver. Mais pas à n’importe quel prix : les agriculteurs situés dans la zone concernée doivent pouvoir travailler comme ils l’ont toujours fait, sans que les contraintes imposées par la Charte paysagère viennent influer sur les méthodes de travail ou le coût des projets à venir. Ces acteurs économiques,comme les riverains et les entreprises des zones artisanales, doivent pouvoir continuer de se développer et d’innover sans contrainte et sans que cela leur coûte plus cher.

Christian MAZAS, président FDSEA31