Cet épi m’épate !

Par Sébastien Garcia • 23 nov, 2017 • Catégorie: •

Le prochain Congrès du maïs se déroulera les 22 et 23 novembre prochains à Toulouse.
Dans notre département où le maïs en culture sèche n’est plus anecdotique, cet évènement sera l’occasion pour la profession de réaffirmer les nombreux atouts du maïs dans les assolements et pour l’environnement.
Cette plante, avec son métabolisme dit en « C4 », est l’une des plus puissantes machines à fixer du carbone, tout en produisant deux fois plus d’oxygène qu’un hectare de forêt ! Pa sa production de biomasse importante et grâce à la restitution au sol systématique des résidus de récolte, le maïs grain est l’un des meilleurs ambassadeurs de l’agriculture de conservation.
Seul frein à son développement : la situation économique difficile des producteurs, avec des prix pratiqués couvrant à peine les coûts de production.
Il est donc urgent de retrouver de la compétitivité et des marges pour dégager du revenu sur nos exploitations !
C’est le sens des propositions portées constamment par les professionnels de la filière : mieux protéger les cultures ; développer le stockage de l’eau ; encourager les biotechnologies végétales dont le potentiel de développement est immense ; inciter à l’épargne de précaution et à l’assurance-récolte.
Enfin, tant qu’une solution de remplacement n’existe pas, maintenons un système dérogatoire pour les néonicotinoïdes. Quant au glyphosate, nous ne sommes pas prêts à son arrêt : il faut renouveler la molécule au niveau européen !
Pour nous adapter, nous avons besoin à la fois d’innovation et de temps.

Bernard GONELLA,
administrateur à l’AGPM (Association générale des producteurs de maïs)