Une porte s’ouvre…

Par Marie-Laure Chabalier • 9 fév, 2018 • Catégorie: •

Depuis plus de 10 jours, vous vous êtes mobilisés partout dans le département et même au-delà pour exprimer votre ras-le-bol et votre inquiétude de voir nos communes exclues du classement en zones défavorisées. Quand on connaît les réalités du terrain, avec les contraintes et les handicaps naturels qui sont les nôtres, on mesure combien les propositions du ministère sont injustes et injustifiables !

Elles correspondent à une gestion de l’agriculture inadaptée et conduisent nos exploitations dans le mur.

Malgré votre détresse, vous n’avez rien lâché.

Malgré l’enjeu de taille, chacun a su garder son sang-froid et sa détermination, face à des pouvoirs publics peu enclins à trouver des solutions pour nos fermes d’Occitanie. C’est pourquoi je tenais, au nom de la FDSEA, des JA et de la Chambre d’agriculture, à vous remercier : grâce à cette mobilisation sans précédent, nous avons pu obtenir un premier rendez-vous au ministère de l’agriculture vendredi 2 février. Les négociations extrêmement tendues laissaient espérer que les critères proposés par la profession seraient pris en compte, permettant de réparer l’injustice créée par le zonage initial.
Alors que votre mobilisation s’intensifiait, la deuxième rencontre au ministère, mercredi 7 février, a permis de réintroduire 160 communes sur les 182 et ainsi, de reconnaître que la Haute-Garonne est bien une zone défavorisée.
Nous restons attentifs aux 20 communes toujours sur la touche, avec un espoir de réussir à les réintégrer lors de la réunion nationale du vendredi 9 février.

Enfin, nous n’oublions pas les secteurs d’Occitanie encore oubliés par le zonage.

Nous restons solidaires et souhaitons qu’une solution leur soit proposée.

Yvon PARAYRE, président de la Chambre d’agriculture 31