Gérard Cazals, Président du Crédit Agricole Toulouse 31, avait invité un large panel d’experts et de collaborateurs pour échanger sur les grandes tendances de l’immobilier départemental et les réponses à y apporter.

Quel avenir pour le logement en Haute-Garonne ?

Publié le 8 avril 2013

L’amphithéâtre du centre des congrès Diagora, à Labège, était comble, ce 27 mars dernier, pour la 3ème édition des Rencontres du Crédit Agricole Toulouse 31 (CAT 31). Près de 500 personnes étaient venues assister à ce rendez-vous, dont le thème « Logement : quel avenir en Haute-Garonne ? » se proposait de faire le point sur les opportunités et les nécessités du marché de l’immobilier départemental. En tribune, des dirigeants et administrateurs de la Caisse régionale, des filiales Square Habitat et Crédit Agricole Immobilier, sont venus témoigner de leur expérience et leur vision lors des 3 tables rondes organisées pour l’occasion. À leurs côtés, des invités d’honneur*, spécialistes ou politiques, complétaient les débats et apportaient un éclairage supplémentaire sur cette question qui concerne tout le monde.

Le logement, pierre angulaire du développement d’un territoire

« Le marché du logement en Haute-Garonne, c’est entre 12 et 13.000 logements construits par an, notamment pour accueillir les 15.000 nouveaux habitants qui arrivent sur le Grand Toulouse chaque année », résumait Élisabeth Sicre. « 80 % des ventes effectuées le sont en 3e, 4e et 5e couronne de l’agglomération toulousaine, pour une superficie moyenne de 700m² de terrain. » L’occasion pour Alain Fillola et Jean-Paul Coltat d’aborder la question du logement et de la politique d’aménagement du territoire, avec notamment la mise en place du Plan Local de l’Habitat, qui verra la construction de 6.000 logements par an jusqu’en 2015, dont 20 % de logements sociaux. L’objectif est de produire du logement en accession à la propriété (par le biais par exemple de la location-accession, notamment pour les jeunes) et de rattraper le retard pris sur le logement social. Philippe Poilleux et Thierry Bourthoumieux ont, pour leur part, rappelé l’importance de la collaboration entre CA Immobilier et le CAT 31 pour proposer des logements innovants. « Il faut plus que jamais faire de la coproduction pour parvenir à proposer des logements modulables et sur-mesure au meilleur rapport qualité/prix », affirmaient-ils.

Aujourd’hui, la pierre reste un des investissements les plus sécuritaires et rentables. Maître Pailhès est donc intervenu sur le récent dispositif Duflot. « Il répond à 3 priorités », estimait-il. « Il contribue au développement économique, répond à une attente en matière de logement pour une catégorie sociale spécifique, et est intéressant en termes de défiscalisation. Toutefois, il faut faire attention à la qualité de son investissement (viabilité du projet). » Serge Azzaro s’est, lui, interrogé sur le rapport qu’entretiennent les investisseurs vis-à-vis des Assurances. « Souvent négligée, l’approche assurance ne devrait pourtant pas être dissociée de l’approche patrimoniale », insistait-il. « Protéger son bien est aussi important que l’entretenir. »

Yvon Malard a confirmé l’attention que porte le Crédit Agricole Toulouse 31 à la question du logement. De fait, la caisse régionale enregistre une très belle performance sur le financement de l’habitat, avec 686 millions d’euros de financement. « En termes d’accession à la propriété, ce sont en moyenne 36 projets par jour que le Crédit Agricole a accompagnés en 2012 », précisait-il.

Une année 2012 contrastée

Gérard Cazals, Président du CAT 31, et Yvon Malard ont commenté les bons résultats 2012 de la Caisse régionale. Avec une année record pour les encours de crédits et une progression de 2,4% de son résultat net, soit 60,1 millions d’euros, la banque mutualiste résiste plutôt bien à la dégradation de l’environnement économique actuel. Le dynamisme de la Haute-Garonne apparaît notamment au travers de l’augmentation de 9,5% des crédits d’investissement que la banque verte a injecté, lors du dernier exercice, dans l’économie locale. Ils atteignent ainsi les 1,4 milliard d’euros, avec 774 M. € pour les particuliers et 620 M. pour les professionnels (agriculteurs, entreprises et collectivités). Tous les indicateurs du CAT 31 sont, par ailleurs, en augmentation, notamment au niveau du nombre de clients (+8.500 nouveaux clients nets), mais aussi de la pénétration dans les métiers de l’assurance et dans les services. « Nous poursuivons notre objectif d’être le 1er partenaire de confiance de nos clients et des territoires », déclarait Gérard Cazals. « Nos mots d’ordre sont de proposer des solutions de développement pour tous les patrimoines, dans une relation sur mesure respectueuse, audacieuse et responsable. »

Bruno de Laage, directeur général délégué de Crédit Agricole S.A. revient sur la difficile année 2012.
Bruno de Laage, directeur général délégué de Crédit Agricole S.A. revient sur la difficile année 2012.

Le discours était plus nuancé pour Bruno de Laage. Dans son bilan 2012, le directeur général délégué de Crédit Agricole SA (CASA) revenait sur les décisions difficiles qu’a dû prendre le groupe lors de cet exercice. « Avec un résultat du 4ème trimestre amputé de près de 4 milliards d’euros d’éléments exceptionnels, dus à des dépréciations d’actifs, CASA et le groupe Crédit Agricole auront connu le plus mauvais résultat de leur histoire », annonçait-il. « Nous avons dû réévaluer la valeur de certains des actifs que nous avions acquis lors des dernières décennies. Mais dans le même temps, nous avons modifié et sécurisé le modèle de croissance du Crédit Agricole. Nous avons notamment réduit le niveau de recours du Crédit Agricole auprès des marchés financiers. Aujourd’hui, les dossiers lourds ont été soldés et même si nous nous préparons à une année économique 2013 pas très favorable en France, notre performance sur nos grands métiers que sont la banque, l’assurance et l’immobilier laissent présager un redressement de nos résultats dès le 2ème semestre. »

* Bruno de Laage (DG Délégué de Crédit Agricole S.A.), Philippe Poilleux (DG de Crédit Agricole Immobilier Toulouse), Alain Fillola (Président d’Oppidea, Vice-Président de Toulouse Métropole et Maire de Balma), Frédéric Carre (Président de la Fédération BTP 31), Thierry Bourthoumieux et Michel Carrère (architectes), Jean-Paul Coltat (DG du groupe Les Chalets), Maître Pailhes (notaire), Élisabeth Sicre (Directrice Particuliers, Titres et Immobilier CAT 31) et Serge Azzaro (Directeur des Assurances et Banque Privée de CAT 31).

La proximité sous toutes ses formes

Devenir la 1ère banque universelle de proximité d’Europe est un objectif ambitieux. Le Crédit Agricole Toulouse 31 y travaille à son niveau et a mis en place, ces derniers mois, de nombreux services innovants pour accompagner au mieux, au plus près de leurs besoins, ses clients. Après l’ouverture de son agence hi-tech « Espace W31 », place Wilson à Toulouse, l’inauguration d’un guichet destiné aux clients anglophones et le lancement d’E-Cat 31 (service 100% en ligne), la caisse régionale a de nouveau marqué l’actualité avec deux initiatives originales.

Le 6 mars dernier, elle a ainsi mis en place un dispositif d’accueil personnalisé à destination des personnes sourdes ou malentendantes, en partenariat avec la société coopérative toulousaine Websourd. Deux nouveaux services sur internet et les agences Espace W31 et place Jeanne d’Arc permettent désormais à ces personnes d’être accueillies et informées des services à leur disposition, en langue des signes.

Un mois plus tard, le 4 avril, le Crédit Agricole Toulouse 31 organisait une journée « jobdating », à Saint- Gaudens. Lors de ces rencontres, candidats et recruteurs avaient une dizaine de minutes pour échanger. À la clé lors de ces entretiens « express », des propositions de CDI et de CDD au sein du Crédit Agricole Toulouse 31. Rappelons qu’en 2012, la caisse régionale a embauché 73 nouveaux collaborateurs.