Les Green Tech en force au Village by CA 31

Par Marie-Laure Chabalier • 30 nov, 2017 • Catégorie: Economie, Emploi

Lancé au début de l’année 2017, le Village by CA 31 est un accélérateur de start-ups créé par le Crédit Agricole Toulouse 31. Il héberge 52 jeunes pousses dans ses locaux situés sur l’allée Jules-Guesde. Parmi elles,des sociétés très prometteuses œuvrant dans le domaine des technologies vertes,ou Green Tech.« L’orientation vers les Green Tech ne faisait pas partie des objectifs initiaux du Village by CA 31,explique Aure Fournier, Maire du Village. Nous accueillons des start-ups travaillant dans tous les domaines : finance, énergie, services aux particuliers, aéronautique, spatial, intelligence artificielle, etc. Mais il faut reconnaître que le territoire régional est fertile pour les GreenTech, puisque nous avons un nombre grandissant de candidatures de start-ups sur les sujets touchant aux énergies positives, à l’agriculture et au développement durable. » Au point que le Village revendique aujourd’hui le statut de premier« hub » d’Occitanie sur les Green Tech et parmi les tout premiers de France.

Bouillonnement d’énergie

À la mi-octobre, s’est déroulé un nouveau Comité de sélection au Village by CA 31. Avec deux sessions par an, ce comité composé du Crédit Agricole Toulouse 31 et des 17 entreprises partenaires étudient les dossiers des start-ups souhaitant intégrer le Village. Chacune dispose de 15 minutes – questions comprises- pour convaincre le jury. « Les critères recherchés sont de proposer un produit ou service innovant, mais aussi d’avoir un projet assez avancé », précise Aure Fournier.Le Village by CA 31 est réellement un accélérateur de business. L’ensemble des partenaires s’engage à accompagner les start-ups hébergées au Village dans leur recherche de débouchés et de contrats. Ils leur ouvrent leurs carnets d’adresses et leurs réseaux.Les start-ups doivent donc avoir une certaine maturité pour que cela fonctionne.Accueillies allée Jules-Guesde pendant un an (renouvelable deux fois), ces jeunes pousses bénéficient sur place de conditions de travail optimales, avec des locaux aérés et des espaces de travail, de réunion et de détente favorisant les échanges entre elles.« C’est un environnement de travail très stimulant,un vrai bouillonnement d’énergie et de créativité, poursuit la Maire du Village.Les start-ups s’entraident en fonction des compétences et des expériences de chacune. »Deuxième de France, après celui de Paris,parmi les 16 Villages du Crédit Agricole déjà ouvert (sur 35 en projets), le Village byCA 31 bénéficie d’une belle reconnaissance dans le milieu entrepreunarial. Une aubaine pour les start-ups du Village qui profitent de cette crédibilité pour obtenir rapidement des contacts stratégiques auprès de grands groupes ou de sociétés leader de leurs secteurs. Pas étonnant qu’elles soient près de 500 à avoir postulé depuis l’ouverture du Village by CA 31.« Toulouse est la deuxième ville de France en terme de création de start-ups, rappelle Aure Fournier. Nous privilégions désormais la qualité de notre accompagnement. L’extension du Village ou la création d’un second n’est donc pas à l’ordre du jour ».

SCOP Ecozimut veut relier agriculture et bâtiment

Mathieu Neuville est intarissable sur le sujet. Ce qui est un peu normal quand on fait partie d’une équipe de passionnés, qui plus est dotée d’un projet en béton. Ou plutôt en béton d’argile… Responsable du département Recherche et Développement (R&D) de la startup SCOP Ecozimut, Mathieu Neuville et son équipe ont en effet conçu un matériau de construction qui suscite un véritable engouement, tant chez les professionnels du bâtiment que chez les agriculteurs.

Réduire la facture énergétique du bâtiment

Fondée il y a 4 ans, la SCOP* Ecozimut est à la base un bureau d’études thermiques, spécialisé dans les constructions à haute valeur environnementale. La société s’est ensuite dotée d’un pôle de maîtrise d’œuvre, en accompagnant les architectes dans la conception et réalisation de bâtiments faisant appel à des isolants bio-sourcés (bois, terre, pierre). « Le bâtiment représente actuellement 50% des émissions de gaz à effet de serre et de l’énergie consommée en France », explique Mathieu Neuville. « Conscients qu’il  y a des énormes progrès à faire de ce côté-là, nous avons créé, il y a deux ans, un pôle R&D pour développer des matériaux à faible empreinte environnementale, à base de terre et d’argile. » Trois produits ont ainsi vu le jour : un enduit de terre projetable pour la finition des murs intérieurs et extérieurs, un béton d’argile porteur et un béton d’argile et de granulats végétaux qui permet de créer une enveloppe isolante sur bâtiment avant finition. C’est avec ce dernier matériau que SCOP Ecozimut veut créer un pont entre le monde agricole et celui du bâtiment.

Wefarmup sur sa lancée avec de nouvelles fonctionnalités

Lauréat en juin de la 12e édition de la BFM Académie, premier concours de créateurs d’entreprises à la radio et à la télévision, le toulousain WeFarmUp poursuit son développement : le site Internet offre de nouvelles fonctionnalités, le recrutement d’ambassadeurs continue tandis qu’une campagne publicitaire à grande échelle va démarrer.

Installé au Village by CA31, WeFarmUp met en relation – via son site internet du même nom -des agriculteurs qui souhaitent louer du matériel autour de chez eux (dans un rayon de 30 km).D’un côté, des propriétaires veulent optimiser des matériels sous-utilisés en générant des revenuscomplémentaires ; de l’autre, des utilisateurs recherchent aussi bien à être dépannés lorsd’une casse matériel, qu’à tester un nouveau matériel ou travailler avec un matériel plus performant.Au final, propriétaires comme utilisateurs développent une relation gagnant-gagnant.

suite à lire dans le Trait d’union paysan du 24 novembre 2017