Matthieu Baudriller, le président (le 3e en partant de la gauche), entouré de membres du bureau du Service de remplacement 31.

Résultats encourageants pour le Service de remplacement 31

Le service de remplacement 31 (SR31) a tenu son assemblée générale lundi 16 avril à Saint-Gaudens. Les journées d’utilisation, les adhérents et les utilisateurs progressent en 2017.

« Ces résultats positifs sont encourageants », a lancé satisfait Matthieu Baudriller, président du service de remplacement sur le département. Avec 455 personnes susceptibles d’être remplacées, le nombre d’adhérents enregistre une hausse de 8 % en 2017. Ces adhérents sont à 51% des exploitants individuels et pour 62% d’entre eux, leur exploitation est située dans le Comminges, où l’élevage est plus présent. L’association dispose ainsi d’un potentiel de développement conséquent dans le reste du département.

 

L’avis de l’utilisateur

Cédric Daure
Cédric Daure

« J’ai toujours été adhérent au Service de remplacement.
Je l’utilisais rarement. Je l’envisageais comme assurance en cas d’accident ou de maladie… jusqu’en 2017 où j’ai été victime d’une rupture partielle du tendon d’Achille suivie d’un arrêt de trois mois. Seul sur mon exploitation avec un salarié, j’ai eu besoin du service de remplacement du jour au lendemain. Deux agents se sont relayés le matin et l’après-midi.

Ils ont dû prendre rapidement leurs marques. Le courant est particulièrement bien passé avec l’un d’eux, Sébastien Venanzi. Ses compétences, assez rares pour la traite, me sont précieuses. Lors de mes fréquentes absences pour des réunions sur la race Gasconne, pour mon mandat d’élu local ou des concours de race, je demande que ce soit lui qui vienne. Je suis parti 14 jours à Paris pour le Salon de l’agriculture en toute confiance. À présent, je fais aussi appel au salarié pour du complément de main d’œuvre, c’est appréciable pour avancer certains gros chantiers. »

L’avis du salarié

Sébastien Venanzi
Sébastien Venanzi

« Je travaille pour le service de remplacement 31 depuis deux ans. J’interviens sur cinq exploitations, pour des missions très diverses, qui s’étendent des travaux des champs à la traite des vaches laitières ou au soin sur les troupeaux allaitants.

En complément des remplacements, j’effectue aussi du complément de main d’œuvre pour Agri Services, ce qui m’assure quasiment un temps complet. Travailler sur plusieurs fermes m’apporte une grande richesse de savoirs et un large panel de situations. Bien sûr, il faut s’adapter aux attentes et façons de faire de chaque chef d’exploitation. Les échanges verbaux ou écrits sont donc primordiaux pour prendre les consignes, en particulier lors des premières interventions. Aucune semaine de se ressemble, c’est parfaitpour quelqu’un comme moi qui n’aime pas la routine ! Sans compter que cette formule me permet d’assouvir ma passion pour l’élevage sans être trop pris par des astreintes le week-end.
L’idéal pour m’échapper en voyage le week-end »

Publié le 29 avril 2017