Pierre Laporte a gagné un accompagnement médiatique privilégié.

Maraîchers du Sud-Ouest, quels talents !

Publié le 12 juin 2018

Le Sud-Ouest a trouvé ses ambassadeurs du maraîchage ! La finale régionale du concours « Les talents » organisée par Légumes de France s’est tenue au Min de Toulouse vendredi 25 mai. Les trois producteurs pré-sélectionnés ont montré à la fois l’excellence et le dynamisme dont fait preuve la profession.
Ils étaient trois candidats en ce vendredi matin à se rendre de bonne heure au Min de Toulouse. Leur dossier, envoyé en début d’année, avait été sélectionné et ils étaient invités par Légumes de France à participer à  a finale régionale des Jeunes talents du maraîchage. Se lever tôt, ces trois jeunes professionnels en ont l’habitude.
Parler devant un jury pour présenter leur exploitation et exposer leurs projets, l’exercice leur était moins coutumier. Lionel Lauture, maraîcher à Lauzerte (82), Pierre Laporte, installé à Tarnos (40) et Fabrice Bianchini, producteur d’ail à Mauvezin (32) se sont pourtant pliés à l’exercice avec brio. Tant et si bien que les membres du jury n’ont pas eu la tâche facile pour les départager : « Vous êtes tous les trois exceptionnels, avec chacun un talent particulier », a lancé Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France, en introduction de la remise des prix.
Finalement, c’est le jeune Pierre Laporte qui, du haut de ses 26 ans, remporte la finale régionale. Sa fougue et sa dynamique d’entreprise ont enthousiasmé le jury. 5e génération d’une famille de maraîcher, le jeune s’est pourtant installé hors-cadre familial en 2015. Une opportunité foncière en plein coeur de la ceinture verte bayonnaise l’a aidé à franchir le pas de la création d’entreprise. Sur 1 ha de serre et 7 ha de plein champ, il cultive des fraises et des framboises, ainsi que tous les légumes dont le piment doux label rouge « Biper Eztia ». Son marketing affûté lui offre un appui précieux dans sa commercialisation, aussi bien en vente directe qu’auprès de grandes surfaces, de primeurs ou de restaurateurs. Antton Billiotte, un de ses trois salariés, l’accompagnait pour l’occasion : « Nous voulions montrer le dynamisme de notre entreprise. Venir à Toulouse est aussi l’occasion de prendre des contacts sur le Min et peut-être s’ouvrir de nouveaux marchés demain. » Car Pierre Laporte ne compte pas s’arrêter là, il a encore des projets plein la tête : mise en place d’essais pour cultiver des fraises hors-sol en « tout naturel », équiper 5 ha supplémentaires pour l’irrigation et le travail du sol, intégrer le projet « Potager 2020 », création d’une serre multi-chapelles sur 5.000 m²,…

L’argent pour l’ail de Cadours

Fabrice Biachini, producteur d’ail à Mauvezin, obtient la deuxième place. Ses grands-parents puis ses parents lui ont transmis la passion pour cette culture « mineure » en termes de surface mais vitale pour l’exploitation puisqu’elle fournit le principal revenu. Cet inconditionnel de l’AOC ail violet de Cadours est aussi un habitué du Min. Le Grand marché lui offre l’essentiel de son débouché. Il livre chaque semaine le Carreau en demi-gros et détail. En parallèle d’un magasin à la ferme créé l’an dernier, il a monté un atelier de transformation. Ses recettes apéritives originales à base d’ail frais (tartinades et tiges au vinaigre) ont régalé le jury. La troisième place revient à Lionel Lauture.