Le Veau fermier du Comminges fait toujours recette

Par Sébastien Garcia • 10 mar, 2017 • Catégorie: Bovins Viande, Economie, Galeries photos, Machinisme, Vie locale

7ème édition, ce dimanche 5 mars, pour le Vide-Grange de Salies du Salat et la 5ème pour le concours de Veaux gras fermiers du Comminges. Organisée par l’ACVA de Salies en partenariat avec la Chambre d’Agriculture de Haute-Garonne, cette manifestation était pour la première fois ramenée à une seule journée au lieu du week-end entier, comme auparavant. Une formule resserrée qui n’a pas empêché le Vide-Grange de signer une belle journée, malgré une météo délicate.

Concours de Veaux gras fermiers du Comminges, ACVA, Salies du Salat, Patrick Pintat, Nicolas Artigues, Romain Fauré, Coopelso, vide-grange, engraissement, veaux sous la mère, Ludovic Izard, Auriva, Trait d'union paysan, tup, tup31, élevage, céréales, viticulture, vaches, bovins, Toulouse, ovins, lait, viande, chevaux, brebis, chèvres, environnement, paysans, Haute-Garonne, chambre d'agriculture, Pyrénées, agriculture, photos ©Sébastien Garcia

La vente aux enchères attire toujours autant de monde. Retrouvez l’intégralité de la journée et ses coulisses en cliquant sur la photo ci-dessus.

La qualité des veaux toujours en progression

Si le défilé des vieux tracteurs est la grande attraction publique du Vide-Grange, le concours de Veaux fermiers du Comminges est définitivement celle des professionnels. L’édition 2017 n’aura pas démérité si l’on en croit les juges et l’animateur de la vente aux enchères qui a suivi le classement. On retrouvait trois habitués parmi eux. Ludovic Izard (Auriva) assurait pour la 3ème année consécutive, la vente des quatre meilleures bêtes du concours, désignées par Romain Fauré (Coopelso), Jean-Luc Micas (éleveur) et, pour sa première participation, Jean-Paul Mathieu (négociant). « Il faut féliciter les éleveurs qui nous ont présenté des veaux de très bon niveau, à la qualité de plus en plus homogène, ce qui est tout de même un casse-tête pour nous quand il faut les départager », déclarait Romain Fauré, au début des enchères. Il a d’ailleurs profité du micro et de la présence d’un public nombreux pour adresser un message de soutien à l’ensemble du monde de l’élevage. « Nous vivons tous des moments difficiles avec les campagnes anti-viande qui se succèdent dans les médias. Aujourd’hui, j’ai vu des animaux magnifiques, en pleine santé et d’un calme impressionnant. Croyez bien que jamais nous n’aurions pu manipuler de la sorte des bêtes maltraitées. Nos éleveurs aiment leurs animaux et nos abatteurs les respectent. J’invite donc le public présent à témoigner autour de lui de la qualité du travail de cette filière et à applaudir nos éleveurs qui méritent bien mieux que l’image qu’on leur donne aujourd’hui. » Avant le début des enchères, l’ACVA de Salies a tenu à rendre hommage à l’un des siens, disparu en septembre dernier. Jean-Jean Tussau, éleveur à Montgaillard de Salies, avait été l’instigateur du Vide-Grange et un de ses plus fidèles contributeurs. À sa mémoire, l’ACVA a créé le prix Jean-Jean Tussau et fait réaliser des plaques qui ont été remises aux propriétaires des 4 animaux présentés aux enchères. Cette vente a vu des prix s’étaler de 13,60 à 16,90 €/kg. Le Super grand prix d’excellence, qui distingue le meilleur animal du concours, était une génisse de l’élevage d’Henri Dupin à St Laurent, tandis que le Grand prix spécial Veau labellisable revenait à Daniel Abadie de St Marcet. La vente à la barre qui a suivi a confirmé cette bonne impression. Seul un veau sur 39 n’aura pas trouvé preneur. « Les prix de vente étaient légèrement supérieurs à ceux de l’an passé, entre 9 et 15 €/kg », précise Nicolas Artigues, éleveur en charge de l’organisation du concours. « Les acheteurs, dont certains bouchers étaient venus de loin, ont apprécié la qualité générale des animaux. Pour les éleveurs, la plus-value sur ce genre de manifestation est indéniable. »

Le Comminges veut soigner son agriculture

Lors des discours inauguraux, Jean-Pierre Duprat, Maire de Salies du Salat, s’est réjouit de la présence de nombreux jeunes, et notamment de filles, qui prennent la relève de leurs ainés et perpétuent une tradition d’élevage très ancrée dans le Comminges. Il a, par ailleurs, réaffirmé le soutien de la municipalité à l’organisation du Vide-Grange et se dit prêt à accompagner toute future manifestation agricole sur la commune.

Concours de Veaux gras fermiers du Comminges, ACVA, Salies du Salat, Patrick Pintat, Nicolas Artigues, Romain Fauré, Coopelso, vide-grange, engraissement, veaux sous la mère, Ludovic Izard, Auriva, Trait d'union paysan, tup, tup31, élevage, céréales, viticulture, vaches, bovins, Toulouse, ovins, lait, viande, chevaux, brebis, chèvres, environnement, paysans, Haute-Garonne, chambre d'agriculture, Pyrénées, agriculture, photos ©Sébastien Garcia

Patrick Pintat (micro) avec Matthieu Navarro (communauté de communes Cagire Garonne Salat) et Jean-Pierre Duprat (maire de Salies)

Depuis le début de l’année, le canton de Salies fait partie, avec ceux de St-Martory et d’Aspet, de la communauté de communes « Cagire Garonne Salat ». Son Vice-Président en charge de l’agriculture et de la forêt, Matthieu Navarro, a annoncé la création prochaine d’une commission intercommunale d’élus agriculteurs pour réfléchir à la mise en place d’actions de promotion de l’agriculture locale. « Sur les 55 communes de ce nouveau territoire, il y a de nombreux marchés, mais très peu de nos agriculteurs locaux y vendent leur production », confiait-il en aparté. « Nous avons aussi beaucoup de lieux de passage, entre les Thermes et les gares, qui sont autant de lieux potentiels pour promouvoir les produits du Comminges. L’intercommunalité veut donc prendre ce dossier à bras le corps. Travaillant à la MSA, j’ai déjà sollicité des élus agriculteurs que je connais pour rejoindre cette commission, mais j’invite tout élu intéressé à nous contacter. Il me manque aujourd’hui des forestiers pour pouvoir constituer une équipe de professionnels qui connaissent ces domaines, ses enjeux et ses besoins et qui seront les plus à même d’en faire la promotion. » Toujours en cours de constitution, cette commission devrait débuter ses travaux d’ici avril prochain.

Débutée sur une météo morose, un timide soleil en début d’après-midi a redonné des couleurs à la fête. « Nous avons eu une belle édition en dépit de la pluie du matin », conclut Patrick Pintat, Président de l’ACVA de Salies. « Les concessionnaires locaux nous ont fait l’honneur de répondre présent en nombre et le public a apprécié les animations. Je regrette juste que nous n’ayons pas eu plus de producteurs à notre marché. » Côté restauration, par contre, tout était au beau fixe. Les Jeunes Agriculteurs du canton avaient innové, cette année, en proposant des grillades de deux veaux issus de leurs élevages. Ce repas de qualité et copieux a en outre bénéficié d’une organisation aux petits oignons et ce sont plus de 260 convives qui sont repartis le sourire aux lèvres. Une raison de plus pour leur donner envie de revenir l’année prochaine…

 

Marqué comme: , , , , ,