A la tribune (de g. à d.) : Jean-Luc Constans, Frédéric Ribes et Benjamin Piccoli.

Vins de Fronton : en attendant le label «Vignobles et découvertes»

Réunis en assemblée générale au château de Capdeville, les vignerons de Fronton ont échangé autour des défis qui s’ouvrent à eux et qu’ils se préparent à relever.
La récolte 2017 ne restera pas dans les annales du Syndicat des Vins AOP de Fronton. Le gel et la grêle, qui ont durement touché les vignes, ont engendré leurs lots de problèmes sanitaires, des baisses de volume et des pertes de marché. Loin de s’appesantir sur cette année à oublier, le président du syndicat, Frédéric Ribes, a convenu que beaucoup de défis techniques et économiques restaient à relever. Jeudi 5 avril, lors de l’assemblée générale, il a présenté les nombreux dossiers en cours. En premier lieu desquels figure l’obtention du label « Vignobles et découvertes ». Créé en 2009, ce label est attribué à une destination à vocation touristique et viticole qui propose une offre de produits multiples et complémentaires (hébergement, restauration, visite de cave et dégustation, musée, événement,…). Le client voit ainsi l’organisation de son séjour facilitée. Il est orienté sur des prestations qualifiées. Ce label est octroyé pour une durée de trois ans après recommandation du Conseil supérieur de l’oenotourisme. « Initiée voilà quelques mois, la candidature du vignoble frontonnais présente tous les atouts. De plus, elle fédère les différents acteurs de l’oenotourisme, que ce soient nos entreprises, les hébergeurs, les restaurateurs autour d’un projet commun, se félicite le président du syndicat. Elle représente une réelle opportunité de mettre un focus sur notre vignoble. A chacun de nous d’être promoteurs de cette démarche pour lui donner toutes les chances d’émerger. » Verdict le 17 mai prochain, date à laquelle les labels 2018 seront dévoilés.

Production raisonnée

Autre sujet travaillé par le syndicat pour ses adhérents : la technicité des vins. Pour cela, le syndicat s’appuie sur les orientations déjà retenues, à savoir notamment la maîtrise de la qualité des vins. En complément des contrôles externes inhérents à l’AOP, un contrôle interne a été instauré en 2017. Ce contrôle reprend les sept descripteurs principaux des vins de Fronton, auxquels vient s’ajouter le commentaire du jury expert. « Ce commentaire apporte un éclairage et des précisions au vigneron-producteur », approuve Alain Escarguel, œnologue au Conseil départemental, référent sur le vignoble.

 

La Flavescence dorée est maîtrisée

Depuis 2015, le Syndicat mène une action de prospection conséquente, financée par l’État. En 2017, 2.701 ha ont ainsi été surveillés, dont un tiers en quad par le Syndicat et le reste par le viticulteur en auto-prospection. Ce type de surveillance, spécifique à Fronton, porte ses fruits : alors
que la surface surveillée totale est en constante augmentation, le nombre de pieds atteints ne cesse de diminuer. Aucun foyer majeur n’est constaté. Grâce à l’implication forte du Syndicat et des producteurs, la maladie est qualifiée à ce jour de « maîtrisée mais à surveiller car endémique sur le secteur ».

Publié le 26 avril 2018