Merville… pionnier du tourisme participatif

Publié le 4 août 2018

Il est des lieux qui invitent au voyage à quelques pas de chez soi. Le château de Merville, témoignage unique de l’architecture et de l’art des jardins au XVIIIe siècle, appartient à cette catégorie. 40.000 visiteurs partent pour ce voyage chaque année.
À 20 km de Toulouse, les sites touristiques se font rares. Une aubaine, pour Isabelle et Laurent de Beaumont, les propriétaires du château et du labyrinthe de Merville, qui ont à cœur de faire vivre ce patrimoine hors normes, dans leur famille depuis plus de 200 ans. D’un côté, le château de briques roses dégage un charme inégalable depuis 1743, date à laquelle le marquis de Chalvet, grand sénéchal de Toulouse et d’Albigeois, confie la construction de la bâtisse à l’architecte toulousain Maduron. Véritable homme des Lumières, il dicte lui-même les plans de construction. Les travaux dureront plus de quinze ans et nécessiteront  300.000 briques. Juillet 2018 : le château a gardé son allure d’origine, avec trois corps de logis disposés en U ; les pièces d’apparat du corps central se succèdent en enfilade autour d’un grand salon qui s’avance en saillie sur le jardin.
Entre tapisseries et peintures, l’ensemble du mobilier est d’époque. Pour agrémenter les visites, les pièces accessibles sont toutes meublées, la table est mise avec la vaisselle de famille. Les visiteurs ne seraient guère surpris de voir entrer la comtesse de Villèle, ancêtre des propriétaires, pour tenir salon.

La terrasse surplombe le parc de 30 ha dessiné par le Nôtre, créateur des jardins de Versailles. De là se dresse la perspective vers le labyrinthe qui arbore fièrement 10 km de murs de haut buis bicentenaires. Ces allées rectilignes sont interrompues par des ronds-points en étoile pour aboutir à une salle de bal. Dans cette paisible retraite, ombragée l’été par la frondaison des vieux chênes, le visiteur peut facilement imaginer l’ambiance des fêtes galantes (encadré ci-dessous).

Entretenir le bâti

Depuis 13 étés, le labyrinthe fait la joie des visiteurs, en particulier les enfants et les familles par le biais d’un jeu scénarisé interactif. Le dédale d’arbres taillés minutieusement offre une découverte ludique du patrimoine local. « L’aventure touristique a commencé en 1998 »,
se souvient Isabelle de Beaumont. Son mari, Laurent, décide avec son père d’ouvrir le château pour des réceptions et des mariages, puis à la visite autour des salons d’apparat et du plus grand labyrinthe de buis d’Europe. L’idée est de participer à l’entretien de ce patrimoine
unique mais dispendieux en terme d’entretien. Le concept plaît et se développe. Bientôt, le site ouvre au grand public ses salons d’apparat et ses allées de buis. En 2005, une entreprise privée démarche les propriétaires : elle souhaite adapter le concept du labyrinthe de maïs, activité touristique à vocation familiale, à celui de Merville. Le couple accepte et dès la  première année, le site rencontre un franc succès auprès du public. La fréquentation dépasse toutes les espérances et les 7.000 visiteurs annuels sont rapidement multipliés par 8. « Cela nous a lancés, analyse Isabelle de Beaumont. Nous avons acheté le concept du labyrinthe scénarisé afin d’être autonomes. » Laurent de Beaumont poursuit : « Très vite, cette activité nous a propulsés chefs d’entreprise et nous a passionnés. Elle nous donne l’occasion de valoriser le patrimoine historique de notre famille », patrimoine qu’ils ont à cœur de transmettre à leurs quatre enfants. Une fois sur place, la visite du domaine classé au titre des Monuments Historiques et labellisé « Jardin Remarquable » se décline en deux volets complémentaires.

Invitation aux fêtes galantes en août !

Pendant trois soirées consécutives, une troupe de comédiens amateurs costumés pour l’occasion embarque les visiteurs dans l’ambiance des fêtes galantes. Les spectateurs-visiteurs se baladeront au rythme des scénettes proposées en tenues d’époque. À l’ombre des sous-bois, dans les allées du labyrinthe, et au château dans le salon chinois aux décors raffinés, la troupe raconte l’histoire du château de Merville et de sa famille, depuis ses ancêtres au XVIe avec Jean de Bernuy, jusqu’aux descendants d’aujourd’hui, la famille Beaumont. Bond dans le temps garanti !

Mardi 7, mercredi 8 et jeudi 9 août 2018 à 20h. Sur réservation 05.61.82.93.85 ou à l’Offi ce de tourisme de Grenade-sur-Garonne. Nombre de places limité.