Mot d’humeur

7 décembre 2018

La FDSEA 31 travaille depuis de nombreuses semaines pour aider les agriculteurs suite aux intempéries de cette année. Après une première victoire en octobre concernant le dégrèvement de la taxe foncière sur le non bâti (TFNB) de 44 % pour les terres arables, nous venons d’obtenir un dégrèvement additionnel de 40% sur les prairies. Cette nouvelle victoire a pu être obtenue grâce aux données chiffrées fournies par la Chambre d’agriculture. Une victoire malgré tout en demi-teinte : les dégrèvements dans certains départements voisins atteignent des taux plus élevés. Quels éléments supplémentaires aurions-nous pu fournir pour réussir à atteindre ces mêmes taux ? Alors que notre travail syndical a permis d’obtenir un dégrèvement collectif, qui s’applique à tous sans aucune démarche administrative, j’espère que nous n’aurons pas à regretter d’avoir été le bon élève respectueux des exigences plus strictes de l’administration quand nous avons besoin d’un soutien accru dans cette période déjà éprouvante. Des chiffres, de la paperasse, encore et toujours, pour justifier que les agriculteurs ont eu des pertes considérables et sont dans des situations catastrophiques. Pourquoi de telles différences entre administrations d’une même région ? Les agriculteurs ont d’avantage besoin de solidarité entre eux que de division.

Xavier Daydé
Secrétaire général adjoint FDSEA 31

23 novembre 2018

Dans deux mois, plus de 30.000 personnes seront appelées à voter aux élections de la Chambre d’agriculture de la Haute- Garonne. En tant que président de la FDSEA 31, j’aurai le plaisir de conduire la liste du collège des chefs d’exploitations. Pour bâtir un projet qui corresponde au plus près de vos attentes et des réalités que vous vivez, la FDSEA a organisé des ateliers participatifs sur le terrain. Cette trame a été nourrie par des échanges riches et constructifs lors de nos conseils d’administrations. Elle reste encore à compléter et à étoffer par les contributions des adhérents, lors des assemblées générales cantonales et de la tournée départementale, réunions au plus proche de vous auxquelles chacun peut participer. Notre projet final sera présenté dans les semaines à venir. La FDSEA, qui n’a pas l’habitude de se cacher, a désigné à une grande majorité, son candidat à la présidence de la Chambre d’agriculture. Elle a plébiscité Yvon Parayre pour la représenter et mettre en œuvre le projet co-construit. J’ai conscience de tout le travail mené au service des agricultrices et des agriculteurs du département, et du monde agricole de façon plus générale. Des combats restent à livrer et du travail à accomplir face aux multiples défis qui s’ouvrent à nous. Seule la Chambre d’agriculture, dirigée par une assemblée professionnelle qui vous ressemble, peut vous accompagner dans ce challenge. Pour cela, je sais pouvoir compter sur le réseau FNSEA-FDSEA actif, de l’échelon cantonal à l’échelle nationale, pour nous mettre en position de gagner ces élections syndicales.

Christian Mazas
Président FDSEA 31

9 novembre 2018

Alors que la grogne monte parmi nos concitoyens, nous ne pouvons rester insensibles à la hausse vertigineuse du prix des carburants. Pour nous aussi, producteurs, le prix d’achat du Gazole non routier (GNR), mais aussi des intrants et en particulier les engrais, subit l’augmentation du prix du pétrole. Ces nouvelles augmentations sont d’autant plus difficiles à supporter pour nos trésoreries fragilisées que nos prix de vente restent historiquement bas. Qu’attend le gouvernement pour contrebalancer ces déséquilibres ?
Et si la solution venait de l’agriculture : voilà 20 ans que la profession s’est investie dans le bioéthanol, créant une filière performante. Les automobilistes trouvent aujourd’hui du E85 à la pompe, composé à 85 % d’alcool de céréales. Carburant durable, économique pour l’automobiliste et source de revenu de diversification pour l’agriculteur, le bioéthanol apparaît bel et bien comme une solution d’avenir.

Yvon Parayre
Président de la Chambre d’agriculture 31

26 octobre 2018

Du 21 au 31 janvier prochain, les agriculteurs de Haute-Garonne vont choisir leurs représentants à la chambre départementale d’agriculture. Cette élection, basée sur des listes syndicales, mesure la représentativité de nos organisations. Elle permettra de réaffirmer notre identité et de confirmer notre force.
Contrairement à nos concurrents qui préfèrent se cacher derrière des listes d’ouverture sous forme d’auberge espagnole où personne n’aime le plat de l’autre.
Pour la FDSEA 31, la campagne n’a pas commencé aujourd’hui, elle compose notre quotidien depuis 6 ans sur tous les sujets de préoccupations des agriculteurs. Trois exemples l’illustrent bien, rien que sur cette dernière année : le report et le dégrèvement collectif de 44% sur la taxe foncière sur le non bâti, le maintien des exonérations des charges sociales pour les travailleurs saisonniers permettant de rester compétitif, sans oublier les zones défavorisées, maintenues de justesse grâce à vous par la mobilisation de votre syndicat majoritaire.
À l’inverse de certains qui estiment que vos difficultés méritent un intérêt uniquement pendant la campagne aux élections des Chambres d’agricultures, faites confiance à la FDSEA 31 qui
travaille tous les jours à vos côtés, les pieds sur terre.

Christian Mazas
Président de la FDSEA 31

12 octobre 2018

En 50 ans, le lycée de Toulouse-Auzeville a formé des générations de jeunes à l’agriculture et au vivant. Nous sommes nombreux à être passés sur ces bancs et à avoir pu apprécier la qualité des équipes pédagogiques et la diversité des enseignements. Fils ou fille d’agriculteurs, ou citadins pure souche, jeune comme adulte, nous avons tous été accueillis et élevés au rang de spécialistes des sciences vertes. Depuis 50 ans, le lycée d’Auzeville, comme beaucoup l’appellent encore – s’est transformé en Cité des Sciences vertes. Ce changement de dénomination montre comment
l’établissement a su évoluer et s’adapter au gré des mutations du monde qui l’entoure. Il s’est impliqué dans de nouvelles pratiques comme en témoignent la création de la plate-forme agroécologique et du magasin de produits fermiers en appui de l’exploitation. Ce souci constant de
rester connecté aux préoccupations des professionnels permet à l’établissement de présenter une offre de formation pertinente et des projets multiples et innovants, à l’image de l’agriculture d’aujourd’hui. La Cité des sciences vertes est une chance pour notre territoire. Avec l’ensemble du conseil d’administration, je souhaite aux élèves comme aux équipes pédagogiques que les 50 prochaines années soient encore riches d’épanouissement et de réussite dans leurs projets.

Yvon Parayre
président du conseil d’administration de la Cité des Sciences vertes