Investissements au plus bas pour les Cuma de l’Union

Publié le 27 mars 2019

L’Union des Cuma a tenu son assemblée générale mardi 12 mars. Comme le contexte économique pouvait le laisser présager, les investissements sont
historiquement faibles.

« C’est la première fois depuis 20 ans que le montant des investissements est aussi bas », a regretté Patrice Ramond, président de l’Union des Cuma lors de l’assemblée générale annuelle organisée à Villenouvelle. Si le chiffre d’affaires se maintient, signe de l’intérêt que les adhérents trouvent dans la mise en commun de matériel, le niveau des investissements atteint péniblement les 264.000 euros et 26 % du chiffre d’affaires. En effet, en 2018, aucune entité adhérente à l’Union des Cuma n’a investi dans du gros matériel de type moissonneuse-batteuse. Un tracteur d’occasion représente le plus gros achat à hauteur de 52.000 €. Sans être alarmiste, Patrice Ramond veut plutôt croire à un effet conjoncturel : « le plus important est que notre réseau arrive à se renouveler avec des jeunes. » En apercevant un certain nombre dans la salle, il a insisté sur « l’intérêt de la mutualisation du matériel, qui offre de nombreux avantages en particulier au moment de
l’installation ».

Renouvellement


Comme l’ensemble des structures collectives paragricoles, l’Union des Cuma se trouve face au défi du renouvellement des générations. La Cuma de Villenouvelle, structure hôte de la matinée, en est une parfaite illustration. Jean-Louis Bouscatel, son président, a dressé un bref historique de cette coopérative qui fêtera fièrement son 50e anniversaire cette année : « c’est un grand âge. Notre Cuma a beaucoup évolué depuis sa création. Prenant la suite d’un syndicat d’agriculteurs regroupés pour partager du petit matériel, elle est repartie de ce fondement pour démarrer : broyeurs, matériel de restructuration foncière comme une pelle et un tractopelle,
matériel d’élevage… Dans les années 1980, elle a constaté la baisse du nombre d’adhérents en parallèle de l’agrandissement des structures et d’un faible nombre d’installations. Le nombre d’exploitations laitières a brusquement chuté. » À présent, la Cuma de Villenouvelle ne compte plus que 7 adhérents actifs, pour un chiffre d’affaires de près de 12.000 €. Jean-Louis Bouscatel ne cache pas son inquiétude pour l’avenir de la Cuma qu’il préside. Pour Patrice Ramond, cet avenir passe par offrir aux jeunes installés « des outils à leur service et non pas l’inverse ».

Quelques chiffres
388 adhérents actifs • 23 Cuma adhérentes • 264.225 € d’investissements • 1.004 million de chiffre d’affaires