Une démonstration de robots broyeurs

La FDCuma 31/09 ainsi que le Conseil départemental de la Haute-Garonne ont organisé le 17 juin une démonstration de robots broyeurs téléguidés dans le Luchonnais. Les deux structures soutiennent en effet la création d’une cuma agro-environnementale.

À vrai dire, le débroussaillage en montagne et dans les zones intermédiaires est une vraie problématique. « La cuma apparaît être le bon outil. Un robot broyeur peut accéder à la plupart des sites ; il ne présente par ailleurs aucun risque pour le chauffeur puisque le pilotage est effectué à distance. Cet outil pourra être utilisé a minima en Haute-Garonne et en Ariège, voire dans les Hautes-Pyrénées », explique Magali Laporte, directrice de la FDCuma 31/09. Avant de poursuivre : « C’est un matériel innovant et coûteux. Il faut que les agriculteurs intéressés s’engagent sur de petites surfaces. L’amortissement est évalué à 6 ans ».

Un large choix de matériels

Et justement, ce 17 juin, ils étaient nombreux à avoir fait le déplacement. À l’instar de Jean-Paul Bistos-Vaysse. Celui-ci possède 12 ha en forte pente dans le piémont pyrénéen. « Ce sont des pentes à 40%. À 60 ans, je n’ai plus envie de débroussailler à la main. Il y a 20 ans, ça allait », indique-t-il. « Nous avons 2 ha à débroussailler. Les terrains sont en pente. Avec le tracteur, ce n’est pas possible », relate quant à lui Alain Héron. Mais ce jour-là, il n’y avait pas que des agriculteurs. Un représentant du (futur) parc naturel régional Comminges Barousse Pyrénées était aussi présent ; l’outil pourrait être utilisé sur une surface allant de 10 à 12 ha.

Pendant toute une matinée, les potentiels cumistes ont ainsi pu comparer six matériels en conditions réelles : à partir de critères techniques (puissance, moteur, vitesse, inclinaison, poids robot, poids broyeur, poids total, dimensions, télécommande), de critères d’entretien (consommation, temps et facilité de nettoyage, pièces d’usure à prévoir et leurs prix), ainsi que de critères économiques (SAV, concessionnaire). Bref, tous les points forts et les points faibles de chacun ont été minutieusement étudiés.

Les premiers chantiers en fin d’année

Les personnes intéressées se donnent désormais quelques jours avant d’acter le choix de tel ou tel équipement. La cuma doit être officiellement créée lors de ce mois de juillet. Le matériel devrait quant à lui être acheté quelques semaines après. « La cuma devra également acquérir une cuve pour le fioul ainsi qu’un souffleur. En ce qui concerne la maîtrise du robot, ce dernier sera téléguidé par un salarié de Multi Agri 31 » précise encore Magali Laporte. Les premiers chantiers de débroussaillage mécanique pourront alors débuter.

A.T.

Auteur de l’article : Aurélien Tournier

Journaliste.