Des premières restrictions d’usage de l’eau en Haute-Garonne

Dans un communiqué, la préfecture de la Haute-Garonne indique que le préfet a pris un arrêté de restrictions des prélèvements. Elle fait également un point sur le comité de l’eau qui s’est réuni le 16 juillet.

Étienne Guyot a pris un arrêté de restrictions à 50% des prélèvements sur les petits cours d’eau non réalimentés. Cela concerne une trentaine d’irrigants, à compter de ce samedi 18 juillet. Il s’agit  des cours d’eau suivants : Aïse, Courbet, Cédat, Grasse, Jade, Marès, Mouillonne, ruisseau de Bonnefont, ruisseau de la Galage, ruisseau de Pégo, ruisseau de Rieu-Tort, ruisseau des Pierres, ruisseau de la Serre et Sahugle.

Une interdiction totale de prélèvements sur le Tescou non réalimenté (un irrigant est concerné sur le département) est également prise, en cohérence avec le département du Tarn.

Un point sur la situation hydrologique

Le 16 juillet dernier, le comité de l’eau s’est réuni afin de faire le point sur la situation hydrologique en ce début de période d’étiage. Après un automne 2019 et un hiver 2020 légèrement excédentaires en terme de cumul de précipitations sur les bassins de la Garonne et de l’Ariège, la pluviométrie du printemps a été proche de la normale. Les épisodes pluvieux des mois de mai et de juin, ayant apporté localement des cumuls significatifs, ont permis d’avoir des débits proches d’une situation moyenne en juin.

Depuis, en raison de la hausse notable des températures et de l’absence de précipitations significatives en juillet, la situation s’est aggravée, avec une baisse des débits qui s’accélère. En conséquence, le comité de l’eau a proposé des restrictions d’usage de l’eau de façon précoce sur les cours d’eau ne bénéficiant pas de réalimentation à partir de retenues.

Par ailleurs, une baisse des débits est également observée sur les grands axes et notamment la Garonne, ce qui devrait engendrer le démarrage du soutien d’étiage depuis les barrages d’ici quelques jours. Il est à noter que le remplissage des barrages structurants est toujours important, ce qui permettra de soutenir le débit des cours d’eau le moment venu.

Auteur de l’article : Rédaction Tup 31